• Sonuç bulunamadı

Le dernier crime du dernier des sultans:A la veille de grands evenements

N/A
N/A
Protected

Academic year: 2021

Share "Le dernier crime du dernier des sultans:A la veille de grands evenements"

Copied!
1
0
0

Yükleniyor.... (view fulltext now)

Tam metin

(1)

A la^veille de grandslévénements

ixxxn

Mevlan Zadé et le prince étaient au cou­ rant mais Ils se gar­ daient bien de com­ muniquer ces detalis à qui que soit de peur d'eveiiler l'attention des Unionistes. Ils ignoraient seulement ac quelle façon Sald j pacha avait voulu éiol- ! gntr les bataillons de

chaseurs. L’ex-grand Vezir avait compris tes machinations d'Ab- dul-Hamid. Mais du moment que Klamll pacha »’était détourné des Unionistes que lui importait alors les dispositions d ’es

prit des troupes ? Le prince Stbaheddlne était un maiin.il n’avait pas tarde à compren­ dre que le vie> x grand vezir désirait le oetrô- nemeut d'Abdui-Hamid.

t n etlet il y avait des gens qui affir­ maient qn avant son départ pour l’exil Klamll paena avait demanue de le venger du Sultan. Mais la malchance l’avait place en présence de son fus Said pacha, Farmi les motus qu'il avait énumeres et qui d a- piès lui nécessitaient l’eioignement de Stam­ boul des bataillons oe chasseurs Kiamil pacha avait et pour cause passe sous silence les intrigues de son m s qui était chargé de Semer une propagande uetaste dans les tanga des balaliloi.S.

Sur ces entrefaites les journaux avaient commence à souiever une question relative aux mines o’Eregil. Lts journaux Unionis­ tes attaquaient partlcuueicmeut le grand Vezir et soulignaient que ce dernier vivait sous l’esclavage de Pauojiri bey, directeur de la Banque Ottomane. On disait oe plus q„e le jourual tkU.m obéissait aussi à ce directeur. On racontait que Said pacha il s dt Kiamil pacha, M. Constant ambas­ sadeur de France, et Pandjiri, bey, avaient forme une triple enteute pour mener a bien leur projet qui était d’obtenir ta conces­ sion des mines d tre g ii. On racontait qu'en cas de réussite M. Constant avait promis 30tXU livres or à Said pacha et livres or à Pandjiri bey. Le documents reiatils a cette concess.ou avalent été étudiés par le Conseil d'Etat, qui avait rejete le projet. Kiamil pacha les envoya de nouveau au conseil aux lins d’un nouvel examen. Celte conduite était attribuée aux démarchés de l'ambassadeur de France, il y avait peut être du vrai dans ces racontars que pou­ vaient être aussi tout a lait lutondea. Quoi qu’il en soit U ne taisait pas de doute que ces Incidents contribuaient a amoindrir le prestige du grand Vezir aupiès du Parle­ ment.

D ’autre part Us journaux Jkdam, Yeni Qazeta, Houkouki Oumoumie et Serbesu s ’ciloiçalent de reutoicer la position oe Klamll pacha. L JUUurn vantail dans ses articids signés A l Reniai les succès du grand Vezir dans notre politique extérieure,

D ’autre part les journaux ikdum, Yctu- G-iaeila h ,uvuu/îo-t~Oumuumie et Jerbesti s ’ettorçaient de renforcer la situation de Kiamii pacha. D’autre part Hussein Hllmi pacha qui était aiors ministre de r Intérieur était l'objet de continuelles attaques dans les colonnes de vlkücun.

Le comité Union et Progrès qui croyait que le graud-vezir Kiamii pacha et sou tils l’amiral Sald pacha ne taisaient qu'un, avait décidé de porter un coup au grand- vezir en soulevant la question de «la révision des grades et titres».

Il va sans dire que te but de l’Union et I Progrès était de taire dégrader par ce

moyen le fils de Kia- mti pacha q .i n’avalt pas droit au ittre d 'a­ miral. Mais de son côte Klamll pacha ne restait pas lnactit. il s était assure l’aide des membres du parti «Anrar» et celle oes députes grecs et ar­ méniens qui teignaient d être les partisans du ecmité Union et Progrès.

Ce comité s’éiait ef­ force d'assurer a Kia- nin pacha la conlian- ce ou Parlement mais par contre et en com­ pensation il n'avalt pas oublié de lui ar­ racher la promesse qu’il consulterait le comité chaque lois qu’il aurait un problème politique a résou­ dre. Mais apies avoir obtenu ia conilance ou Parlement Kiamn pacha n’avait pas cru necessaire oe tenir parole.

L’Union et P rtg iès lui avait maintes lois,lait la lemaïquc mais il n'avau paru s'eu apercevoir, li approuvait bien les pro­ positions ou comité mais n’en exécutait aucuue. Allant meme pius loin il avait laisse emenare que les Interventions du comité étaient souvent déplacées. N’avalt-ll pas un jour t-rociamé au Parlement qu’il ne pouvait laisser des Irresponsables se mêler dans les allalres gouvernementales il devenait evluenl que le Kiamii pacha prenait le paru oe l’/wirar et oe toute s les organisations qui taisaient oe l’opposition aux Unionistes. La révocation Subite des ministres de la guerre et oe la marine était une preuve lrapp„me de cette conduite.^ La situation uc tsazim pacha eiBil con­ nue. Le prince bebaneadlne avait trouve en

i u i un partisan lervcn e. Or, cétait Kia-

mll paena lul-mèmc qui lui avant contie le porteieuilic de la guerre. D ’autre part Hussein Husnl pacha qui avait ete nommé ministre de la Marine était très mal vu des Unionistes. Ces derniers n’avaient pas hesite a envoyer à minuit deux delegues chez le grand Vezir pour lui Ucmanaer des explications au Sujet de ces deux nomina­ tions. Les membres du cabinet avalent en outre été invités à lormuier leurs opinions.

Eu recevant la aeiegation envoyée par les Unionistes Klamll pacha s’elan conten­ te de lui dire :

— Je ne comprends pas l’importance que vous attachez à cette question. il s’agit d'une simple nomination, il est vrai que j'ai promis de vous consulter pour des af- laircs importâmes.Mais je ne m'étaisjamais Imagine que cet moment pouvait avoir quelque importance pour vou-. En tout cas j estime n avoir pas aes explication à vous luurnlr. Quant aux membres du cablntt iis n avalent pas saisi la portee oe ce brusque revirement.

Le lendemain de la nomination dés nou­ veaux ministres de la Querre et de la Mari ne Us avalent acmande du grand Vezir des renseignements au sujet Oe motif de la revocal.on des anciens titulaiies de ces postes ; Apiès queques hésitations Klamll pacha leur avait répondu— qu'lis avait ré­ voques par ce qa ns faisaient partie d’une organisation poursuivant le but Oe détrôner Sa Majesté Abdul-Hanud Han 11 pour con­ fier sa succession au prince Youssouf lz- zeudine etiendi Maniassi Zaae Kellk bey et Hussein Humi pacha seraient empres­ ses de communiquer ce que précède au siège centrai du comité Union et Frogrès Utilisant toutes les agences d ’iniormation les Unionistes avaient alors essaye de de­ mentir les faits- Sur ées entrefaites Kiamli

L E PRIS C E SA B A HE ODI NE

Kişisel Arşivlerde İstanbul Belleği Taha Toros Arşivi

Referanslar

Benzer Belgeler

At›l tutulum yönteminde füzyon tepkimeleri döteryum- trityum (DT) içeren küçük bir yak›t kapsülünün içinde gerçekleflir. Bunun için çeflitli tetikleme

“Münir Nûreddin Selçuk’un seslendirdiği Bayâti Âyîn-i Şerîf’te noktalı sekizlik ve onaltılık tartım icrâsında farklılıklar var mıdır?” alt problemine

4 yaşında kemana başladı, 9 yaşında Şehzadebaşı Ferah Tiyatrosu ünlü Komik Hasan Efendi'nin tuluat kumpanyasında 5 kuruş yevmiye ile hayata atıldı. Tahsilini

Ancak bu kapı g dere­ cede büyük ve işi çok bir yerdir ki tamir faaliyeti sırasında orayı ayrı bir kısım olarak ele almak icabetmektedir.. Saraydaki

R ien n’est plus éloigné de Rousseau que l’idée, à la mode aujourd’hui, de la musique pensée comme langage universel capable de rapprocher les peuples, voire de

Dans le troisième texte, on exprime de façon très forte la sensibilité d’un enfant musicien dont le coeur bat en appuyant le doigt sur les touches

Ayrıca “Bu önemli çünkü bu yöntem geliştirilmeden önce, araştırmacılar kuantum bilgisini silikonda, en çok saniyenin onda birinden daha az bir süre boyunca

Ayd~n kemer parçalar~~ üzerinde daha önce de belirtti~imiz gibi, ana bezek- ler olarak bo~a ve arslan betimlemeleri görülmektedir.. Kemer yüzeyinde yer alan bo~alar (lev. t a,b),