Une etude sur le systeme educatif belge: Les CEFA (Centres d'education et de formation en alternance) de Bruxelles

159  Download (0)

Tam metin

(1)

Département De Didactique Du Français

UNE ETUDE SUR LE SYSTEME EDUCATIF BELGE:

LES CEFA (CENTRES D’EDUCATION ET DE FORMATION EN

ALTERNANCE) DE BRUXELLES

Mustafa Hakan Atasoy

THESE DE MAITRISE

Ankara

Mars 2014

(2)

Mustafa Hakan ATASOY’un “Une Etude sur le Systѐme Educatif Belge: Les CEFA (Centres d’Education et de Formation en Alternance) de Bruxelles” başlıklı tezi 12.05.2014 tarihinde, jürimiz tarafından Fransızca Öğretmenliği Bilim Dalında Yüksek Lisans Tezi olarak kabul edilmiştir.

Adı Soyadı İmza

Başkan: Yrd.Doç.Dr. Ümran TÜRKYILMAZ

Üye (Tez Danışmanı): Yrd.Doç.Dr. Bahattin SAV

(3)

REMERCIEMENTS

Je remercie tout d’abord mon directeur de thèse, M. Bahattin SAV, pour son aide apportée lors de mes recherches, pour sa patience, pour sa disponibilité et pour sa rapidité. Ses conseils et ses corrections ont été pour moi d’une grande aide.

Je remercie particulièrement ma famille qui m’a encouragé dans mon travail. Je remercie d’autre part tous mes amis qui m’ont soutenu, m’ont écouté et m’ont aidé d’une façon directe ou indirecte dans l’élaboration de cette thèse.

Mustafa Hakan ATASOY

(4)

RESUME

UNE ETUDE SUR LE SYSTEME EDUCATIF BELGE:

LES CEFA (CENTRES D’EDUCATION ET DE FORMATION EN ALTERNANCE) DE BRUXELLES

ATASOY, Mustafa Hakan

Université Gazi, Institut des Sciences Pédagogiques, Département de Didactique du Français

Directeur de Thѐse: M. Bahattin SAV Mars-2014, 147 pages

Sur la base des développements politiques, l'enseignement a une très grande place sur les évolutions historiques de la Belgique. Dans le pays, l’enseignement a joué un rôle important jusqu'à l’établissement de la structure fédérale d’aujourd’hui. Les événements historiques dans le pays ont même conduit à utiliser des expressions « les guerres scolaires » ou « les guerres des enseignements ». Le système éducatif actuel dans le pays reflète une structure en morceaux.

Les CEFA (Centres d’Education et de Formation en Alternance) sont des centres de l'enseignement professionnel qui ont été établis plutôt dans les régions d’immigrants comme une mixture de deux disciplines ; «l’apprentissage» et «l'éducation». Les étudiants immigrants (y compris les turcs) se sont particulièrement dirigés vers ces écoles. Cette orientation est faite consciemment, en particulier par les autorités belges. Après, ces jeunes perdent automatiquement l’opportunité d’aller aux hautes écoles et aux universités. Les jeunes immigrants, ayant été prétendu des suspects de crimes commis dans les rues, sont destinés à être réhabiliter dans ces écoles. Dans ce contexte, les CEFA sont éventuellement un symbole de la discrimination.

D’après notre connaissance, ce rôle de CEFA lié à la discrimination n'a pas encore été précisé dans une publication. Dans cette étude, les aspects inconnus de CEFA ont été démontrés par la lumière des résultats qui ont été acquis avec les entretiens et les observations qu’on a fait.

Mots-clés: CEFA, les immigrants en Belgique, la discrimination, l’éducation, l’enseignement, la formation.

(5)

BELÇİKA EĞİTİM-ÖĞRETİM SİSTEMİ ÜZERİNE BİR İNCELEME: BRÜKSEL’DEKİ ÇIRAKLIK OKULLARI (CEFA)

ATASOY, Mustafa Hakan

Yüksek Lisans, Fransızca Öğretmenliği Bilim Dalı Tez Danışmanı: Yrd.Doç.Dr. Bahattin SAV

Mart-2014, 147 sayfa

Belçika’da tarihi süreç içerisindeki siyasal gelişmelerin temelinde “öğretim”in çok büyük yeri vardır. Ülkede bugünkü federatif yapının oluşması sürecine kadar “öğretim” belirleyici bir rol almıştır. Ülkede gelişen tarihi olaylar, “okul savaşları” veya “öğretim savaşları” deyiminin bile kullanılmasına sebep olmuştur. Bugünkü eğitim sistemi, ülkedeki parçalı yapıyı birebir yansıtmaktadır.

Özellikle göçmen bölgelerinde, ortaöğretimde mesleki eğitim için kurulmuş bulunan CEFA’lar (Centres d’Education et de Formation en Alternance), “çıraklık” ve “tam zamanlı okul” karışımlı eğitim merkezleridir. Türkler dahil olmak üzere neredeyse tüm göçmen öğrenciler özellikle CEFA’lara yönlendirilirler. Bu yönlendirme özellikle Belçika makamlarınca bilinçli olarak yapılmaktadır. Dolayısıyla, bu çocukların yüksekokullara ve üniversitelere devam etme fırsatları otomatik olarak kaybolur.

Ayrımcılığın adeta sembolü durumunda olan bu okullarda, sokakta suç işleme potansiyeli olduğu iddia edilen göçmen gençlerin rehabilite edilmesi amaçlanmaktadır.

Bilindiği kadarıyla, CEFA’ların belirtilen bu ayrımcılık rolü henüz herhangi bir yayında ortaya konulmamıştır. Bu çalışmada, CEFA’larda yapılan röportaj ve incelemelerde elde edilen bulgular ışığında bu okulların bilinmeyen yönleri ortaya konulmuştur.

Anahtar Kelimeler: CEFA, Belçika’daki göçmenler, ayrımcılık, eğitim-öğretim, meslek.

(6)

ABSTRACT

A STUDY ON THE EDUCATIONAL SYSTEM BELGIAN:

CENTERS OF EDUCATION AND TRAINING IN MIX (CEFA) OF BRUSSELS

ATASOY, Mustafa Hakan

Master’s Thesis, Department of Didactics of French Director of Thesis: Mr. Bahattin SAV

March-2014, 147 pages

On the basis of political developments, education has a very great place within the historical process in Belgium. Education has taken a significant role until the establishment of today’s federal structure in the country. Historical events in the country have even led to the use of the expressions of “school wars” or “education wars”. Today's education system in the country reflects a structure in pieces.

CEFAs (Centres d’Education et de Formation en Alternance) are the vocational education centers which were established in the immigrant regions as the mixture of two disciplines; “apprenticeship” and “full-time education”. Immigrant students (including Turks) are particularly directed to CEFAs. This direction is done deliberately, especially by the Belgian authorities. Subsequently, the young immigrant loses automatically the opportunity of continuation to colleges and universities. The young immigrants, having been claimed to be the suspect of committed crimes in the streets, are intended to be rehabilitated in CEFAs. In this respect CEFAs are likely a symbol of discrimination.

As far as we know, this stated role of CEFAs for discrimination has not been documented yet in any publication. In this study, the unknown aspects of CEFAs have been demonstrated in the light of findings which are acquired in the interviews and observations in CEFAs.

Keywords: CEFA, immigrants in Belgium, discrimination, education, formation.

(7)

REMERCIEMENTS ... i

RESUME ... ii

ÖZET ... iii

ABSTRACT ………... iv

TABLE DES MATIERES ... v

LISTE DES ABREVIATIONS ... ix

CHAPITRE I. INTRODUCTION ... 1 Problématique ... 3 But De La Recherche ... 5 Importance De La Recherche ... 6 Supposition ... 6 Limitation De La Recherche ... 7 Définitions ... 7

II. LES RECHERCHES CONCERNEES ... 14

III. METHODOLOGIE ... 17

Modèle De La Recherche... 17

Population Et Echantillon De La Thèse ……….. 18

Population de la thèse ……… 18

Echantillon de la thèse ……… 19

Outils De La Collecte Des Données ………. 19

Validité et fiabilité ……… 20

Collecte Des Données ... 21

Analyse Des Données ... 21

IV. CALENDRIER ET RESSOURCES ……… 22

Calendrier ……… 22

Ressources Utilisées ……… 23

V. LE SYSTEME EDUCATIF BELGE; HIER ET AUJOURD’HUI …... 24

Aperçu Historique ... 24

Le Système D’Education Et De Formation Actuel ……… 25

L’Obligation Scolaire Aux Régions Francophones ... 25

(8)

La séparation de l’enseignement général, technique et professionnel.. 27

L’enseignement à temps partiel ... 28

L’enseignement secondaire en alternance ... 28

Les Diplômes De L’Enseignement Belge Francophone……….. 29

Le Système De Passages Entre Les Classes Dans L’Enseignement Belge 29 La Mesure Des Niveaux Des Elèves : PISA ……… 30

VI. INFORMATION GENERALE SUR LES CEFA ...31

Les CEFA: Hier Et Aujourd’hui ……… 31

Historique : de CEHR à CEFA……… 31

Les CEFA d’aujourd’hui...……… 32

Les Réseaux D’Enseignements Des CEFA………. 34

FWB……… 35

CPEONS………. 35

SeGEC………35

CCFEE………36

CZA………36

Les Conditions D’Admission Aux CEFA………36

Ecole De La Dernière Chance: CEFA ...37

Les Elèves De CEFA... 38

Les Administrateurs De CEFA ... 39

Le rôle de coordonnateur... 39 Le rôle de l’accompagnateur ….……… 40 Le rôle de professeur ……….. 41 Le conseil de direction ... 41 Le conseil de classe ... 42 Le PMS………..42

Les Sections Des CEFA ……… 42

Les Contrats ... 43

Les types des contrats des CEFA ……… 44

Les Diplômes Et Les Certificats De CEFA ……… 44

Quelques Remarques Sur Les CEFA De Bruxelles ... 45

Les Problèmes Actuels Des CEFA ... 47

Les Projets De CCFEE ……….. 48

(9)

FPI……… 49

Le projet de CCFEE……….49

Les Raisons Des Immigrants De Choisir Les CEFA…...50

Quelques Chiffres Sur Les CEFA Et Les IFAPME/EFPME …………. 50

Les Modèles De Formation En Alternance Dans Divers Pays ... 51

Les CEFA Au Futur : OFFA... 52

VII. LES IMMIGRANTS DE BRUXELLES ET LEURS RELATIONS AVEC LES CEFA ………. 54

Les Immigrants En Belgique ... 54

Les Localités Des CEFA Et L’Orientation De Leurs Etudiants... 56

Pauvreté, Discrimination, Incohérence Sociale Et CEFA... 61

Est-Il Un Destin Pour Les Immigrants D’Etudier Aux CEFA ………….. 64

La Situation Des Jeunes Immigrants Au Marché D’Emploi ……….. 66

VIII. CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS ... 69

BIBLIOGRAPHIE ... 73

ANNEXE ... 78

Annexe A : Schéma de la Structure d’Enseignement en Communauté Française (Trois Réseaux d’Enseignement)………… 79

Annexe B : Schéma du Système Educatif Belge en Communauté Française ……….. 80

Annexe C : Schéma du Système de Passages dans le Parcours Scolaire Belge Francophone ….……….……… 81

Annexe D : Entretien avec l’autorité de CEFA de Saint-Gilles ……… 82

Annexe E : Entretien avec les autorités de Centre PMS Verwee à Schaerbeek ……….. ………86

Annexe F : Entretien avec l’autorité du SeGEC ………. 87

Annexe G : Entretien avec l’autorité de CZA et CCFEE………... 102

Annexe H : Entretien avec l’autorité de CEFA d’Ixelles/Schaerbeek et l’autorité du SeGEC ………..…… 109

Annexe I : Entretien avec les élèves de CEFA d’Ixelles/Schaerbeek ……….…… 129

(10)

Annexe J : Mes Observations……… 143

(11)

ASBL : Association Sans But Lucratif

CCFEE : Commission Consultative Formation Emploi Enseignement CEB : Certificat d’Etudes de Base

CEFA : Centre d’Education/Enseignement et de Formation en Alternance CEHR : Centre d’Enseignement à Horaire Réduit

CESDD/CES2D : Certificat d'Enseignement Secondaire du 2ème Degré CESS : Certificat d'Enseignement Secondaire Supérieur

CE1D : Certificat d’Etudes du 1er Degré

CE6P : Certificat d'Etudes de 6ѐme année de l'enseignement secondaire Professionnel CISP : Convention d’Insertion Socio Professionnelle

CPEONS : Conseil des Pouvoirs organisateurs de l'Enseignement Officiel Neutre Subventionné

CPU : Certification Par Unités CQ : Certificat de Qualification

CQS : Certificat de Qualification Spécifique

CQ6 : Certificat de Qualification de la 6ѐme année CQ7 : Certificat de la Qualification de la 7ѐme année CZA : Conseil Zonal de l’Alternance

EFPME : Espace Formation Petites et Moyennes Entreprises

FOREM : Office wallon de la Formation professionnelle et de l’Emploi FPI : Formation Professionnelle Individuelle en entreprise

FWB : Fédération Wallonie-Bruxelles

GERME : Groupe de recherche sur les Relations Ethniques, les Migrations et l’Egalité HORECA: Hôtel-Restaurant-Café

IFAPME : Institut wallon de Formation en Alternance et des indépendants et des Petites et Moyennes Entreprises

INFAC : Institut supérieur de Formation Artisanale et Commerciale IRFAM : Institut de Recherche Formation et Action sur les Migrations MFI : Module de Formation Individualisé

OCDE : Organisation de Coopération et de Développement Economiques OFFA : Office Francophone de la Formation en Alternance

(12)

PISA : Programme International pour le Suivi des Acquis des élèves PMS : Psycho Médico Sociaux

RAC : Régime d’Apprentissage Construction RAJ : Régime d’Apprentissage Jeune

SEGEC : Secrétariat Général de l'Enseignement Catholique SLCP : Service de Lutte Contre la Pauvreté

SYSFAL: Secrétariat permanent de la Formation en Alternance UE : Union Européenne

(13)

CHAPITRE I

INTRODUCTION

Quand on regarde les évolutions historiques en Belgique, on voit bien que l’enseignement est étroitement lié avec son histoire. Dans ce contexte, l’enseignement a eu un rôle si décisif que les expressions de « les guerres des écoles » et « les guerres des éducations » ont été utilisées.

En 1993, la Belgique est passée du régime unitaire au système fédéral. Dans les régions francophones, l’âge pour l’obligation scolaire est de 6 à 18 ans. Les enfants moins de 6 ans vont aux crèches ou à des écoles maternelles qui sont utilisés par la plus grande majorité de la population belge, mais pas par la population immigrante.

L’enseignement primaire dure six années. L’enseignement secondaire qui dure aussi six années contient le niveau lycée, et il se divise en «général», «technique» et «professionnel», à partir de sa troisième année.

Dans les régions francophones, il y a une organisation très spéciale pour les étudiants des écoles professionnelles. Le nom de cette organisation est CEFA (Centre d’Enseignement et de Formation en Alternance). Les CEFA ne sont ni des écoles à temps plein ni d’apprentissages. Ce sont des centres d’enseignements uniques entre les écoles d’apprentissages et les écoles à temps plein. Ils donnent des formations pour les enfants de 15-18 ans. Notre étude se concentrera en particulier sur ces écoles.

Quand on regarde les lieux des CEFA, on voit clairement qu’ils sont situés dans des villages et des quartiers où les immigrants habitent ; quand on examine les élèves des CEFA, la plupart d’eux sont les enfants des familles immigrées qui sont vraiment pauvres.

Les CEFA sont des écoles que les élèves d’origines belges ne préfèrent pas. 90% des étudiants des CEFA sont des immigrants. D'autre part, il est un point important que tous les CEFA à Bruxelles se trouvent particulièrement dans les régions où les

(14)

immigrants vivent. On se demande si les CEFA ont été établis par la logique de la discrimination.

A quoi servent les CEFA dont 45% de leurs diplômés sont aux chômages et que le reste travaille dans de petites entreprises avec très peu de salaire ? Est-ce le but de réhabiliter les enfants immigrés avec la logique de la discrimination ?

Pour faire des recherches concernant notre thèse de maîtrise, on est parti à Bruxelles pour un mois. On a étudié d’une manière détaillée les CEFA. On a fait des entretiens sur terrain avec les administrateurs, les autorités scolaires et les étudiants. Et à la fin, cette thèse a été établie.

Dans ce contexte, on veut préciser dѐs le départ que le français qui est parlé en Belgique montre certaines différences comparé avec le français qui est parlé en France.

Les entretiens qui ont été faites avec les administrateurs, les autorités scolaires et les étudiants des CEFA forment la base essentielle de l’évaluation de cette thèse. Les entretiens et les observations qui ont été faites aux centres nous ont apportés beaucoup d’informations spéciales qui n’ont pas été écrites jusqu’à présent dans des articles et des documents liés aux CEFA. Sur la base de ces informations, on a déterminé que le CEFA est non seulement une organisation qui élève la main-d'œuvre pour le marché d’emploi mais aussi un point focal sur la discrimination des immigrants.

Dans le contexte de cette thèse, on va aborder les sujets suivants :

- Dans le Chapitre I, II, III et IV; « Problématique », « But de la Recherche », « Importance de la Recherche », « Supposition », « Limitation de la Recherche », « Définitions », « Les Recherches Concernées », « Méthodologie » et « Calendrier et Ressources ».

- Dans le Chapitre V ; « Le Système Educatif Belge : Hier et Aujourd'hui ». - Dans le Chapitre VI ; «Information Générale sur les CEFA ».

- Dans le Chapitre VII ; « Les Immigrants de Bruxelles et Leurs Relations Avec les CEFA ».

(15)

La première raison qui m’a conduit de faire une telle étude est l’attitude que je considère comme une « discrimination » de mon institutrice quand j’étais en 4ème année de l’école primaire à Bruxelles dans les années 1994-1995.

La deuxième raison est qu’il ne se trouve pas une étude qui analyse les CEFA d’après les points précisés ci-dessus.

On pense que cette étude donnera des soutiens surtout aux établissements et aux autorités turcs qui travaillent sur les problèmes scolaires des élèves turcs. Ce sera aussi utile pour les auteurs et les organisations qui analysent les problèmes des immigrants en Belgique.

Problématique

La Belgique porte une valeur pour la Turquie parce qu’environ 200.000 citoyens turcs vivent dans ce pays. Les situations actuelles des turcs qui viennent dans ce pays comme des ouvriers dans les dernières années, sont très différentes comparées avec ceux qui sont venus aux premières années de la migration (les années 1960). Les turcs qui vivent en Belgique ont beaucoup de problèmes. Dans ce contexte, on peut les énumérer comme les problèmes scolaires et les problèmes d'emploi.

La capitale Bruxelles où la majorité des turcs vivent a une importance pour la Turquie et les turcs. En faisant une étude sur les problèmes des immigrants qui vivent à Bruxelles, ça nous permettra probablement d’analyser les problèmes des immigrants qui vivent dans d’autres régions de Belgique, parce que Bruxelles contient à peu-près tous les problèmes des immigrants qui vivent dans ce pays. C’est-à-dire, Bruxelles symbolise tous les problèmes des immigrants.

D’autre part, Bruxelles est l'une des régions les plus riches de l’Europe, mais une partie importante de sa population est à risque de pauvreté et la vie dans ces quartiers est défavorisée. Dans la ville, la stratification sociale et ethnique est de plus en plus étroitement mélangée et se reflète dans la ségrégation comme un objet concret en trois dimensions.

(16)

Dans le procès de son histoire, l’enseignement est devenu un espace essentiel pour la lutte entre les deux peuples (wallon et flamand). Les flamands ont fait leurs batailles sur l’enseignement afin d’avoir une structure fédérale séparée. C’est-à-dire, les flamands ont gagné une structure fédérale en utilisant l'enseignement comme un instrument.

En outre, les immigrants ont déjà beaucoup de négativités dans un système d’enseignement complexe en Belgique. Ils font face à des problèmes scolaires très importants, parce que la raison de la discrimination dans le pays vient surtout de l’enseignement. L’inégalité qui commence avec l’enseignement se disperse partout. Et à cause de cette discrimination, les états des immigrants dans le marché d’emploi sont mauvais.

Les problèmes des immigrants qui vivent dans des régions francophones se ressemblent beaucoup à ceux des turcs. Les immigrants des régions wallonnes travaillent généralement dans de petites entreprises et ils dirigent leurs enfants vers les écoles professionnelles où ils élèvent des éléments-immédiats pour ce genre d’entreprises. Les écoles professionnelles les plus connues sont les CEFA.

Les CEFA étant différents de ceux des autres pays européens sont très intéressants en termes de relations avec leurs partenaires entreprises et leurs étudiants. C’est pour cette raison qu’il sera très intéressant d’examiner les CEFA.

Il est vrai que les enfants immigrés qui forment une couche de pauvretés sont dirigés vers les CEFA consciemment ou inconsciemment. Ces étudiants perdent la chance d’avoir l'enseignement supérieur ; comme si cette chance est « capturée » de la main d’eux.

Une autre réalité bien connue est que les élèves belges ne préfèrent pas les CEFA. 90% des étudiants des CEFA sont des immigrants.

Il y a une autre cause qui mène les enfants immigrés aux CEFA : c’est qu’ils ne vont pas généralement aux crèches et écoles maternelles. A cause de cela, ils n’apprennent pas la langue française quand ils ont 3-6 ans. C’est pour cela qu’ils n’arrivent pas à réussir dans les autres phases de l’enseignement.

(17)

réhabiliter les jeunes dans les rues qui aient la tendance à commettre un délit.

D'autre part, tous les CEFA de Bruxelles se trouvent particulièrement dans les régions où les immigrants vivent. On se demande si les CEFA ont été établis par la logique de la discrimination. Cependant, les écoles similaires dans d'autres pays européens n'ont pas une telle fonction.

But De La Recherche

A peu près 45% des diplômés de CEFA sont aux chômages. Et les autres travaillent dans de petites entreprises avec un petit salaire. Cette constatation nous amène à réfléchir sur quelques questions :

- A quoi servent les CEFA ?

- Le but des CEFA est-il la réhabilitation des enfants immigrés avec la logique de la discrimination ?

Dans le contexte de cette thèse, les sujets suivants seront analysés ;

- Etude du système éducatif belge.

- Comment sont organisés les CEFA ? Comment fonctionnent-ils ? - Quel est le profil social des jeunes de CEFA ?

- De quels types d’écoles et avec quelles conditions viennent les jeunes de CEFA?

- Est-il un destin pour les enfants immigrés de s’inscrire aux CEFA ?

- Est-ce que les CEFA sont seulement des centres de réhabilitation et de l’enseignement des enfants immigrés ?

- Est-ce que les diplômés des CEFA sont prêts pour la compétition?

- Est-ce que les diplômés des CEFA peuvent facilement trouver d’emploi dans le marché du travail de Bruxelles ?

(18)

- Est-ce que le système général de l'enseignement belge francophone entraine l’inégalité et la discrimination?

On va essayer d’analyser toutes ces questions à partir des interviews qu’on a effectuées à Bruxelles pendant un mois.

Importance De La Recherche

On n’a trouvé aucune étude, aucune thèse faites qui visent analyser d’une manière détaillée les CEFA en Belgique. C’est pourquoi, on pense que cette étude donnera des soutiens surtout aux autorités turques qui travaillent sur les problèmes scolaires des élèves turcs. Et ce sera aussi utile pour les auteurs et les organisations qui analysent les problèmes des immigrants en Belgique. Ainsi ce serait utile pour les établissements turcs d’orienter les familles immigrées qui n’envoient pas leurs enfants aux écoles maternelles.

Elle aura aussi une utilité pour les auteurs et les organisations européens qui font des observations et des évaluations sur les problèmes généraux des immigrants. Dans ce contexte, l'étude sera contribuée particulièrement à Dr. Altay Manço qui travaille sur les problèmes des immigrants en Belgique et en Europe et qui les expose à plusieurs plates-formes internationales pour les discuter.

Cette thèse peut être utilisée aussi dans le domaine de nos écoles professionnelles. Dans ce cadre, elle peut être profitable pour les travaux du développement du système d’enseignement professionnel en Turquie.

Supposition

On suppose que les réponses données lors des entretiens par les autorités scolaires et les étudiants soient correctes.

On suppose que les CEFA qui ont été examinés soient similaires par des perspectifs de structures et de fonctionnements avec ceux qui n’ont pas pu être

(19)

même nature pour représenter l'univers.

Limitation De La Recherche

Comme le titre indique, notre thèse est limitée par l’étude des CEFA en Belgique. On a voulu visiter beaucoup de CEFA pour voir les différences et les ressemblances entre eux. Les uns ont eu la gentillesse de nous répondre au sujet de rendez-vous, les autres ont bouché leurs oreilles. Les interviews qu’on a réalisées avec ces CEFA permettront, l’espérons-nous, d’analyser le système éducatif aux CEFA en Belgique.

D’autre part, à cause de la limitation temporelle et de financement, la durée du séjour à Bruxelles n’a pas pu être prolongée. Donc les études qui sont faites sur terrain ont été limitées.

Une autre limitation est liée aux parents des jeunes immigrés. Faire des entretiens avec les parents immigrés n'a pas pu être possible. Les avis et les réflexions à propos de ces parents sont généralement basés sur les articles et les documents concernés.

Définitions

Les définitions des termes qu’on utilise fréquemment dans cette recherche se trouvent ci-dessous. La plupart de ces définitions se figurent dans les conversations des entretiens.

(20)

Article 45, 47 Et 49

Dans le décret de l’enseignement secondaire en Belgique francophone, les articles 45, 47 et 49 ont été précisés comme suivant :

« Article 45.

Le Gouvernement, sur proposition du Conseil général de concertation pour l'enseignement secondaire visé à l’article 16, peut définir des profils de formation spécifiques à l'enseignement secondaire en alternance.

Article 47.

Le Gouvernement, sur proposition conjointe du Conseil général de concertation pour l'enseignement spécialisé visé à l’article 13 et du Conseil général de concertation pour l'enseignement secondaire visé à l’article 16, peut définir des profils de formation spécifiques à l'enseignement secondaire spécialisé de forme 3.

Article 49.

Pour autant que les programmes d'études spécifiques assurent de manière identique la réalisation des objectifs de formation fixés en application des articles 35 et 39, le Gouvernement peut autoriser la réalisation de certains des profils de formation visés aux articles 39, 39 bis, 44 et 47 sous forme de :

1° formation en alternance, conformément au décret du 3 juillet 1991 organisant l'enseignement secondaire en alternance;

2° formation organisée par l'enseignement de promotion sociale;

3° formation organisée par l'enseignement secondaire spécialisé de forme 3 et de forme 4 » (http://users.skynet.be/IEF.be/articles/leg/decret240797/chapitreV.htm).

SLCP résume bien les trois définitions comme suit :

« A son arrivée en CEFA, un jeune peut s’inscrire soit en :

- article 49 : il suit un enseignement proche de celui de plein exercice. Les programmes et examens portent sur la même matière. Les conditions d’inscription, les diplômes et les qualifications en article 49 sont similaires à celles de l’enseignement de plein exercice ;

- article 45 : le jeune suit une formation composée de cours généraux et humanistes qui garde un objectif essentiellement pratique et professionnel. Aucune condition de diplôme préalable n’est requise pour s’y inscrire ; il peut obtenir des attestations ou certificats en cas de réussite, qui témoignent des compétences acquises mais ne sont pas équivalents aux certificats obtenus dans l’enseignement de plein exercice ;

- article 47 : il est ouvert aux jeunes issus de l’enseignement secondaire spécialisé de type 3 »

(http://www.luttepauvrete.be/publications/rapport6/V_alternance.pdf).

(21)

« Les CEFA permettent aux élèves d'obtenir dans certains cas un diplôme ou une qualification (CE6P, CESS et/ou CQ6, CQ7) équivalente à celle obtenue dans le cadre du plein exercice avec en plus, une expérience professionnelle avérée. Dans le jargon de l'alternance l'on qualifie ces formations d'article " 49 ", en référence au numéro d'article traitant de la question dans le Décret Missions. Dans cette hypothèse, les programmes des cours, les épreuves de qualification et les examens portent sur les mêmes matières que celles enseignées dans le plein exercice. Sont ici concernés les 2ème et 3ème degrés de l'enseignement professionnel et le 3ème degré de l'enseignement technique en alternance. Des formations de gestionnaire d'entreprise sont également organisées pour permettre aux apprenants de lancer leur propre activité indépendante » (SYSFAL asbl, 2008, p.23).

SYSFAL asbl explique Article 45 comme suivant :

« Les CEFA offrent également la possibilité de suivre une formation comprenant des cours généraux et humanistes mais dont la finalité, principalement pratique et professionnelle est directement axée sur un métier. Dans le langage de l'alternance, l'on parle de formations en article " 45 ". Quand le jeune a atteint les compétences reprises dans le profil spécifique, il obtient le certificat de qualification spécifique. S'il a suivi au moins deux années scolaires dans la même orientation d'études mais n'a pas encore atteint les compétences reprises dans le profil spécifique, il obtient une Attestation de Compétences Intermédiaire. Les options organisées en " article 45 " sont prévues pour les 2ème et 3ème degrés de l'enseignement professionnel secondaire en alternance » (SYSFAL asbl, 2008, p.23).

Quant à l’Article 47, cet article du même décret laisse la possibilité au gouvernement de définir des profils de formation spécifiques à l'enseignement secondaire spécial de forme 3.

CEHR

C’était la première forme des CEFA, mais ce n’était pas vraiment une école. Les jeunes de 15-18 ans étaient acceptés dans ces centres. Ils étaient un peu occupés à mi-temps mais ils n’étaient pas formés vraiment pour un métier.

(22)

EFPME

C’est le centre de formation des classes moyennes en région bruxelloise. C’est le même système que l’IFAPME, mais qui se déroule à Bruxelles. Il s'adresse à une personne qui s'oriente vers les professions indépendantes, les petites et moyennes entreprises et vers leurs collaborateurs.

Enseignement Spécialisé

C’est une structure qui répond à des besoins spécifiques pour des jeunes selon une série de catégories : retard scolaire, handicapé, handicapé physique, sourd, muet. Ce type d’enseignement entre dans l’article 47.

Fondation Roi Baudouin

Elle a été crée en 1976. C’est une fondation indépendante internationale qui est en Belgique et qui travaille sur des projets afin de faire des changements positifs dans la société.

FOREM

C’est un service public en Belgique francophone qui travaille sur la formation professionnelle et l’emploi. Il répond ainsi les questions concernant l’emploi et la formation des personnes du marché d’emploi.

(23)

C’est un groupe de recherche de sciences sociales (sociologie, anthropologie et science politique) qui étude les diverses sociétés et les inégalités sociales.

HoReCa

Selon l’information du site d’Internet de FOREM, le secteur de l'HoReCa est composé par des unités spécialisées dans l'hébergement et d’un ensemble regroupant les restaurants et les débits de boisson (https://www.leforem.be/Horizonsemploi/secteur/ 24.html).

IFAPME

C’est un autre système. La grande différence qui est avec le CEFA, c’est que le CEFA dépend de l’enseignement mais l’IFAPME ne dépend pas de l’enseignement. L’âge minimal pour entrer à l’IFAPME est d’avoir 15 ans et avoir suivi les deux premières années de secondaire ou d’avoir 16 ans et avoir réussi l’examen d’entrée de l’IFAPME. Il n’y a pas d’âge maximum. Celui qui termine ce genre d’école a un diplôme de compétence professionnel. Mais si un jour, il veut changer de métier, il ne pourra pas, parce qu’il n’a pas d’autre diplôme. Alors qu’au CEFA, l’élève a un diplôme du métier et un diplôme de l’enseignement, ce qui va lui permettre de travailler un jour dans l’état par exemple (à l’administration communale).

INFAC

C’est l’ancien nom de l’EFPME à Bruxelles. En communauté française, c’est l’alternance en classe moyenne, mais ce n’est pas l’enseignement. Ils se sont séparés à

(24)

la fin des années 90. La partie Wallonie a eu le nom de l’IFAPME et la partie bruxelloise a eu le nom de l’EFPME.

IRFAM

« L’Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations (IRFAM) est un organisme ressource et d’éducation permanente créé en 1996 par des intervenants et des chercheurs au service des professionnels de l’action sociale, de l’éducation, du développement culturel et économique. L’institut vise à construire des liens entre la recherche et les interventions dans le domaine de l’intégration et du développement, ainsi que la lutte contre les discriminations » (http://irfam.org/index.php? articleID=61 &themeID=3).

PISA

Comme on explique sur le site Internet de l’OCDE, pour donner des réponses aux demandes de ses pays membres d’après les données sur les connaissances et les compétences de leurs élèves et la performance de leurs systèmes d’enseignement, l’OCDE a commencé les travaux sur PISA au milieu des années 90.

Le PISA a été officiellement lancé en 1997, la première enquête ayant eu lieu en 2000, la deuxième en 2003 et cela a continué. La prochaine enquête (rapport de l’OCDE) est prévue pour 2015 (http://www.OCDE.org/document/1/0,3343,fr_2649_ 35845621_38574465_ 1_1_1_1,00.html).

Promotion Sociale

Ce sont des jeunes adultes qui n’ont pas nécessairement pu mener bien leurs études au niveau secondaire et qui ont la possibilité par l’organisation de cet enseignement à continuer leurs formations en suivant des cours à des horaires décalés.

(25)

travailleurs qui n’ont pas d’emploi.

SLCP

« Le Service de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale évalue l'effectivité des droits fondamentaux des personnes qui vivent dans des conditions socio-économiques défavorables : droit à un logement décent, droit à l'énergie, droit à la protection de la vie familiale, droit à la protection sociale, droit à la protection de la santé...

Il organise pour ce faire des concertations approfondies entre des associations dans lesquelles des personnes pauvres se reconnaissent, des CPAS, des interlocuteurs sociaux, des professionnels de divers secteurs, des administrations... Sur la base de ces travaux, il formule des recommandations destinées aux responsables politiques de notre pays, en vue de restaurer les conditions d’exercice des droits fondamentaux. Celles-ci font l'objet de discussions dans tous les Gouvernements et Parlements ainsi que dans des instances consultatives (voir suivi du rapport).

Cet outil de lutte contre la pauvreté, la précarité et l'exclusion sociale a été créé par l'Etat fédéral, les Communautés et les Régions, par un accord de coopération signé par tous les Gouvernements et approuvé par tous les Parlements.

L'aide aux particuliers ne fait pas partie des compétences du Service. D'autres services ou organisations spécifiques sont mieux à même de répondre aux demandes de ces personnes » (http://www.luttepauvrete.be/).

SYSFAL

« C’est le Secretariat permanent de la formation en alternance issu de l'association de tous les acteurs de la formation en alternance, les partenaires sociaux et les opérateurs de formation.

Sysfal résulte de l'Accord de coopération du 18 juin 1998 entre: •le Gouvernement de la Région wallonne

•le Gouvernement de la Communauté française

avec le soutien du Fonds Social Européen » (http://ccfee.be/fr/alternance/en-savoir-plus-alternance/212-sysfal).

(26)

CHAPITRE II

LES RECHERCHES CONCERNEES

A la préparation de cette thèse, le point essentiel est les reportages qui sont faits avec les autorités et les élèves de CEFA. Les analyses faites dans les CEFA sont aussi utiles pour la thèse. Aux moments des entretiens, des informations détaillées ont été enregistrées. En outre, pendant des entretiens, des informations spéciales et précieuses qui ne se trouvent pas dans des documents et des articles ont été inclues dans la thèse. D’après ces informations, le vrai rôle des CEFA dans le public a été précisé. A ce point, il est précisé que les CEFA sont non seulement des écoles qui élèvent la main-d’œuvre pour le marché d’emploi, mais aussi des établissements qui supportent malheureusement la discrimination des immigrants.

A l'exception des enquêtes et des observations, la principale contribution est fournie par Dr. Altay Manço avec qui beaucoup de conversations ont été faites à Bruxelles, et aussi beaucoup de messages ont été échangés sur Internet avant notre arrivée à Bruxelles. Dr. Altay Manço fait beaucoup de recherches actuelles sur les problèmes des immigrants en Belgique et il discute ces problèmes à plusieurs plates-formes internationales.

D’après le site Internet d’IRFAM, « Dr. Altay Manço est le directeur scientifique de l’Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations (IRFAM), auteur d’un grand nombre d’ouvrages et d’articles sur l’intégration des populations immigrées, ainsi que les relations interculturelles nous livrent ses impressions sur son pays d’origine : la Turquie » (www.irfam.org).

Les œuvres principales de Manço utilisées dans cette thèse sont indiquées dans les paragraphes suivants;

- Manço, A. et Manço, U. (1992a). Turcs de Belgique. Identités et trajectoires d'une minorité. Info-Türk, Brüksel.

(27)

Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le Monde turco-iranien. Paris, 95-100.

- Manço, A. (2000a). Belçika’daki Türklerin 40 Yılı (1960-2000) : Sorunlar, Gelişmeler, Değişmeler. Muğla Üniversitesi SBE Dergisi, C : 1, S ;1, 119-133.

- Manço, U. (2000b). Voix et voies musulmanes de Belgique. Publications des Facultés universitaires Saint-Louis (FUSL) (Travaux & Recherches), Brüksel.

- Manço, A. et Manço, U. (2001). Turcs de Belgique: la communauté comme logique d’intégration? Actes du VIIIème Congrès de l’Association pour la Recherche InterCulturelle (ARIC). Université de Genève.

- Manço, A. (2002). Göçmen Türklerin Belçika Eğitim Sisteminde Yeri. C.Ü. Sosyal Bilimler Dergisi, Sayı 26, 61-68.

- Manço, A. (2012). Approche sociodémographique de l’immigration turque en Belgique dans ses rapports aux autres populations. Institut de Recherche, Formation et Action sur les Migrations (IRFAM). Liège. http://www.irfam.org/assets/ File/rechaction/ Analyse%.

- Manço, A. (2013). Belçika'da Üniversite, Meslek Seçimi ve Orta Öğrenimde Sorunlar. Turkstudent. http://www.turkstudent.net/art/3705.

Dans ses œuvres, Manço produit généralement des remèdes et des solutions sur les problèmes concernant l’enseignement et le marché d’emploi des immigrants, y compris les immigrés turcs qui vivent en Belgique. Il travaille souvent avec des données statistiques pour soutenir ses thèses indiscutables. Cependant, aucune de ses œuvres ne sont liées aux CEFA.

Quelques informations liées à l'organisation, les fonctions et les définitions des CEFA sont prises du site Internet de « l'Enseignement de la Fédération Wallonie-Bruxelles » (http://www.enseignement.be). Cependant, sur ce site, il n’y a pas d’informations qui critiquent les CEFA.

Récemment, il y a quelques auteurs et institutions qui critiquent le système d’enseignement dans les régions francophones et indiquent que les politiques de

(28)

l’enseignement sont les sources de problèmes de la discrimination et d’inégalité exposées aux immigrants. Dans ce contexte, « La Fondation Roi Baudouin » exprime son opinion sur ce sujet avec un grand courage dans ses rapports publiés. Les discriminations scolaires exposées aux immigrants dans les régions francophones sont indiquées clairement par cette fondation dans le document suivant :

- Fondation Roi Baudouin (2007). L’ascenseur social reste en panne : Les performances des élèves issus de l’immigration en Communauté française et en Communauté flamande, Bruxelles.

On a aussi utilisé les publications de GERME qui est un autre groupe qui critique le système d’enseignement en francophone belge.

En outre, la publication de SLCP critique aussi quelques aspects de l’enseignement de CEFA.

Cependant on peut dire que les aspects spécifiques de CEFA qu’on critique dans cette thèse ne se trouvent pas dans les documents précisés ci-dessus.

(29)

CHAPITRE III

METHODOLOGIE

Modèle De La Recherche

Dans cette étude, les méthodes suivantes ont été utilisées :

- Des recherches en bibliothèque - Des entretiens

- Des observations - Des entrevues

- Des données statistiques - Des recherches sur Internet

Essentiellement l'étude est basée sur les entretiens. C’est bien clair que les informations obtenues par des entretiens sont très valeureuses, parce que c’est très rare de trouver ces informations sur les documents.

Grâce aux discussions avec Dr. Altay Manço qui est le directeur de l’IRFAM et qui fait des publications sur la migration, des informations ont été obtenues et elles ont été utilisées dans la thèse.

De nombreux articles et études ont été trouvés sur Internet. Ce sont des documents généralement sur l'organisation, le fonctionnement et la définition des CEFA. Dans ces documents, il n’y a pas de critique sur les CEFA.

La bibliothèque est relativement peu utilisée dans la thèse, parce qu’il y a très peu de recherches sur les CEFA dans les bibliothèques.

(30)

Un autre modèle qui est utilisé dans l’étude est le modèle d'observation. Par exemple, des événements qu’on a croisés dès l’entrée par la porte des CEFA, les attitudes des élèves et des enseignants des CEFA nous ont donnés les premières impressions et les observations précieuses. D’autre part, on a également utilisé le modèle d’observation dans l’étude générale de Bruxelles.

Population Et Echantillon De La Thèse

Population de la thèse. En termes d'un problème de recherche, la population peut être homogène, mais en termes d’un autre problème, la population peut être hétérogène. Dans cette thèse, on parle d’un problème qui critique les CEFA. Pour cette raison, dans ce travail, il est difficile de trouver une population homogène qui critique les CEFA avec tous les éléments. Donc dans cette thèse, notre population est hétérogène. Dans ce contexte, quelques éléments de la population suivants peuvent généraliser les résultats de la recherche :

- Les 5 CEFA de Bruxelles - Environ 1500 élèves des CEFA

- Environ 150 administrateurs (coordinateurs, accompagnateurs, professeurs, etc.) des CEFA

- Environ 3000 parents de 1500 élèves des CEFA - Plusieurs entreprises qui travaillent avec les CEFA - Les autorités de la FWB

- Les autorités du SeGEC - Les autorités du CPEONS - Les autorités de la CCFEE - Les autorités du CZA

(31)

- Plusieurs livres, articles, documents, rapports, etc. liés avec CEFA - Plusieurs sites d’Internet liés avec CEFA

- Plusieurs observations

Echantillon de la thèse. Un échantillon de la thèse est un petit groupe, choisi et sélectionné dans le domaine de la population de la thèse susmentionné. Ce petit groupe qui est considéré adéquat pour la représentation de la population est ci-dessous;

- Les deux CEFA de Bruxelles

- Une autorité de CEFA de Saint-Gilles

- Deux autorités de Centre PMS Verwee à Schaerbeek - Une autorité du SeGEC

- Une autorité de CCFEE et CZA

- Une autorité de CEFA d’Ixelles/Schaerbeek - Deux élèves de CEFA d’Ixelles/Schaerbeek

- Quelques livres, articles, documents, rapports, etc. liés avec CEFA - Quelques sites Internet liés avec CEFA

- Quelques observations

Par conséquence, on suppose que ce groupe d’échantillon ait la nature pour représenter la population.

Outils De La Collecte Des Données

Pour répondre à notre question de recherche, on utilise plusieurs méthodes de collecte des données. Les données ayant aidé notre thèse sont des données primaires et

(32)

des données secondaires. La donnée primaire est celle qui est captée directement sur le terrain par le chercheur tandis que la donnée secondaire est celle qui est captée dans les résultats des recherches d'autres chercheurs.

On a tout d'abord collecté les données secondaires en examinant les documents, les articles, les rapports, les livres qu’on a trouvés dans les bibliothèques, sur les sites Internet, etc. Les données secondaires ont été complétées par les données primaires captées au moyen d’observation, d’entretien et de la discussion avec les personnes des CEFA et les autres.

Une méthode de collecte de données peut être définie comme un outil permettant de capter les données sur le terrain. On a utilisé trois outils pour collecter les données de notre étude. Il s'agit d’observation, d’entretien et de la discussion avec les autorités des CEFA et les organisations liées avec CEFA.

On a également exploité une bibliographie bien fournie concernant les CEFA. Dans ce contexte, la bibliographie a été consacrée à la recherche documentaire qui a permis de faire le point sur les données secondaires existantes sur les CEFA. Les informations statistiques obtenues à travers ces rapports et documents ont permis de développer une problématique réaliste et pertinente.

Validité et fiabilité. Il est essentiel que les outils de la collecte des données aient la validité et la fiabilité. En général, les outils ont une validité quand ils mesurent ce qu'ils sont conçus pour mesurer.

Les instruments sont fiables si la répétition d'une mesure dans un court période de temps donne le même résultat. Il est à la responsabilité du chercheur de communiquer des données sur la validité et la fiabilité des instruments utilisés pour la collecte des données dans une étude.

Dans ce contexte, bien que cette thèse soit basée particulièrement sur les entretiens, la validité et la fiabilité des outils de la collecte des données existent. On peut vérifier par recoupement les outils de la collecte des données dans les entretiens différents de CEFA.

(33)

informations recueillies directement par des entretiens à partir des faits et des événements observables. Les observations directes nous ont beaucoup aidés dans la connaissance de CEFA.

Collecte Des Données

Tout d’abord, on a analysé les informations publiées par la FWB et concernant les CEFA (livre, revue, résultats, statistiques, rapports, pages web, etc.). Ensuite, on a fait des entretiens avec les participants.

A la fin, on a étudié toutes sortes d’entretiens, d’entrevues, de documents, d’informations et de statistiques qui sont utiles pour parvenir à la conclusion.

Analyse Des Données

Comme il s’agit d’un travail descriptif, on a analysé les documents écrits qu’on a étudiés. On a aussi analysé tous les entretiens qu’on a enregistrés. En particulier, tous les enregistrements sonores ont été analysés dans trois mois.

(34)

CHAPITRE IV

CALENDRIER ET RESSOURCES

Calendrier

Janvier-Février 2013 :

- Spécification du sujet de la thèse

- Délivrance de proposition de thèse à l'Institut des Sciences Pédagogiques de l’Université Gazi

- Recherche de la bibliographie et des données Mars-Avril-Mai 2013 :

- Recherche de la bibliographie et des données Juin-Juillet-Août 2013 :

- Lecture des recherches Septembre-Octobre 2013 :

- Travaux d’observations et d’entretiens à Bruxelles - Collecte des données

- Analyse des données

Novembre-Décembre 2013 : - Préparation de cadre de la thèse - Rédaction de la thèse

Janvier-Février 2014 : - Rédaction de la thèse Mars 2014 :

- Délivrance de la thèse à l'Institut des Sciences Pédagogiques de l’Université Gazi

(35)

On est parti à Bruxelles pour l’étude de la thèse. On a fait des travaux d’études, d’entrevues et d’entretiens aux CEFA de Bruxelles. Pour cela, on a fait des dépenses comme les frais de voyages etc. Le coût de cette étude est limité avec les matériaux de recherches. Le coût total de ce voyage est environ 2000 Euros.

(36)

CHAPITRE V

LE SYSTEME EDUCATIF BELGE : HIER ET AUJOURD’HUI

Aperçu Historique

Quand on regarde les évolutions historiques en Belgique, on voit bien que l’éducation est étroitement liée avec son histoire, avec les événements qui commencent depuis la fondation du pays en 1830, jusqu'à la création de la structure fédérative. Dans cette période, l'éducation a eu un rôle si décisif que les expressions de « les guerres des écoles » et « les guerres des éducations » ont été utilisées.

Selon Fitzmaurice, au 18ѐme siècle, alors que Napoléon a conquis la Belgique, la structure de la langue officielle francophone a été établie dans le pays. Mais quand Napoléon a perdu la guerre de Waterloo, la Belgique s’est attachée au Royaume de Hollande qui est un pays protestant. La lutte s’est déroulée jusqu'à la révolution de 1830 quand une Belgique indépendante a été créée. Après cette date, l’église catholique devient une force dominante sur l’enseignement. A cette époque, les flamands n’ont jamais été représentés aux gouvernements, aux écoles et aux tribunaux (Fitzmaurice, 1996, p. 23).

D’après les explications de Witte, après 1920, avec les votes croissants des flamands, un système éducatif bilingue a été apporté, avec les soutiens des allemands à la première et à la deuxième guerre mondiale. Les flamands ont joué un rôle important pour l’orientation de la politique d’éducation et de la formation du pays. Dans les années 1950, les deux communautés se sont encore retrouvées face à un processus de guerre à cause de l’enseignement. En 1954, quand les catholiques ont perdu la majorité, il y a eu une guerre d’enseignement dans le pays. Enfin, en 1959, « les guerres des éducations» sont finies avec un agrément (Witte, 2000, p. 192).

(37)

communautés (wallonnes, flamandes et germanophones) a été mutuellement acceptée. En 1993, ils sont passé au système fédératif (Fitzmaurice, 1996, p. 125).

Le Système D’Education Et De Formation Actuel

Le système actuel reflète tout à fait la structure séparée du pays, le gouvernement central arrange les activités constitutionnelles en mesure de pourcentages de population des communautés, il ne fait que la mission de la distribution des revenus, des impôts annuels en fonction de la « Loi de Financement » qui est précisée en article no. 175 à la constitution (Service Juridique de la Chambre des Représentants, 2009, p.57).

Depuis les années 80, le système d’enseignement des wallons, des flamands et des allemands se développent différemment et indépendamment comme des systèmes des pays séparés. Dans cette étude, on va se concentrer sur la communauté wallonne (qui parle français) qui vit à Bruxelles et dans la région francophone.

L’Obligation Scolaire Aux Régions Francophones

Avant d’expliquer l’obligation scolaire dans les régions francophones, il faut donner quelques informations sur les réseaux d’enseignements en communauté française.

Renard explique bien les réseaux de la communauté française dans le site Internet de Scottish School Board Association (SSBA). Selon lui, il y a trois réseaux d’enseignements : enseignement communautaire (FWB), enseignement libre (catholique) subventionné (SeGEC) (une partie d’écoles ne sont pas attachés aux églises et peuvent être autonomes définitivement) et enseignement officiel subventionné (CPEONS). Celles qui sont en dehors des écoles catholiques et des écoles minoritaires privées sont impartiales et ne reflètent jamais les sens religieux ou philosophiques. Dans

(38)

ce genre d’écoles, ils se trouvent des cours de religions et de philosophies (catholique, protestant, orthodoxe, juif, musulman et morale laïque) (Renard, 2013, p.4).

Le schéma de la structure d’enseignement (trois réseaux d’enseignement) en communauté française se trouve dans l’Annexe A.

Dans les régions francophones, l’âge pour l’obligation scolaire, est de 6 à 18 ans. Pour ceux qui sont moins de 6 ans, ils s’y trouvent des crèches et des écoles maternelles qui sont utilisées par la plus grande majorité de la population belge. L’enseignement primaire et l’enseignement secondaire (contient aussi le niveau lycée) durent chacun 6 années.

La Phase Du Système Scolaire Belge Francophone

Ecole primaire 1. Première année 2. Deuxième année 3. Troisième année 4. Quatrième année 5. Cinquième année

6. Sixième année (diplôme de CEB)

Note: Ecole Maternelle + Ecole Primaire = Ecole Fondamentale Ecole secondaire

Premier degré

1. Première année (Première commune)

2. Deuxième année (Deuxième commune) (diplôme de CE1D)

Général (section)

Deuxième degré Troisième année

Quatrième année (diplôme de CES2D) Troisième degré

Cinquième année

(39)

Deuxième degré Troisième année

Quatrième année (CQS «Article 45») (CES2D «Article 49») Troisième degré

Cinquième année

Sixième année (CQS «Article 45») (CQ6 et CE6P «Article 49») Quatrième degré

Septième année (pas obligatoire) valable pour les sections « Article 49 » (CQ7 et CESS)

Dans ce contexte, le schéma du système éducatif belge francophone qui est dans l’Annexe B, explique bien toutes les phases d’enseignement dans les régions francophones.

La séparation de l’enseignement général, technique et professionnel. L’enseignement secondaire (contient aussi le niveau lycée) se divise en général, en technique et en professionnel à partir de sa troisième année et crée le squelette du système d’enseignement, car, à cette phase d’enseignement, les étudiants sont catégorisés selon leurs talents. Cette phase d’enseignement se divise en soi à plusieurs sous-phases. Les choix qu’ils feront à ce niveau d’enseignement, préciseront de près leurs métiers pour l’avenir.

Parmi ces départements, l’enseignement général s’ouvre aux universités, l’enseignement technique s’ouvre aux écoles supérieures et l’enseignement professionnel s’ouvre à la vie professionnelle. Les étudiants de l’enseignement professionnel qui veulent aller aux hautes écoles pourront y accéder en suivant une formation de 7ѐme classe technique. C’est à dire, en ordinaire, il y a six années en secondaire. Mais dans l’enseignement de qualification et l’enseignement professionnel, il existe une 7ème année pour obtenir le CESS.

A la fin de secondaire, il n’y a pas un examen général (en France, il y a le Baccalauréat) pour tous les élèves qui veulent aller aux écoles supérieures (universités,

(40)

hautes écoles…). Cela veut dire que chaque élève, qui est classifié selon sa section, sait déjà au départ (à la 3ѐme année de secondaire) le chemin qu’il doit suivre.

Dans l’enseignement professionnel, il y a des métiers manuels. Donc ceux qui terminent les écoles professionnelles ont des métiers plus manuels. Les cours théoriques et abstraits diminuent et les cours pratiques augmentent.

L’enseignement à temps partiel. En 1984, un arrêté royal a défini un modèle sous le nom de CEHR pour les jeunes de 15 ans à 18 ans afin de poursuivre une scolarité à temps partiel toute en se préparant à exercer un métier.

Le 20 novembre 1987, avec un nouvel arrêté royal, les CEHR ont eu la chance d’élargir leurs capacités d’élèves et cela leur a permis d’accepter des jeunes de 18 ans à 25 ans, à condition qu’ils aient conclu un contrat d’apprentissage dans une entreprise. Cette approche souhaitait de créer des synergies entre le monde scolaire et le monde professionnel.

L’enseignement secondaire en alternance. Le 03 juillet 1991, un décret a changé l’enseignement à horaire réduit en alternance. Il a donné naissance au CEFA où les jeunes suivent une formation en alternance. C'est-à-dire, ils sont 2 jours à l’école et prennent des cours théoriques et 3 jours à l’entreprise où ils ont des cours pratiques. Cette formation a pour but d’atteindre les jeunes d’acquérir les nécessités de base pour les faire devenir non seulement des performants de leurs métiers mais aussi des citoyens sensibles aux problèmes de leurs pays.

Selon les informations sur le site Internet de la CCFEE, en 2001, finalement les CEFA ont été acceptés dans le système scolaire avec un décret. Il n’est maintenant pas seulement une formation mais aussi un enseignement. Avec cela, il devient une alternative des écoles de plein exercice (http://ccfee.be/alternance/cefa-cza/item/187-historique-des-cefa).

En ce qui concerne les CEFA, les informations détaillées sont données dans le Chapitre V.

(41)

Les Diplômes De L’Enseignement Belge Francophone

- CEB (Certificat d’Etudes de Base) : Ce diplôme est délivré à la fin de la 6ème année primaire.

- CE1D (Certificat d’Etudes du 1er Degré) : Ce diplôme est délivré à la fin de la 2ème année secondaire (1er degré de l’enseignement secondaire).

- CESDD/CES2D (Certificat d'Enseignement Secondaire du 2ème Degré) : Ce diplôme est délivré à la fin de la quatrième année secondaire (2ème degré de l’enseignement secondaire).

- CE6P (Certificat d'Etudes de 6ème année de l'enseignement secondaire Professionnel) : Ce diplôme est délivré à la fin de la sixième année secondaire professionnel et ainsi dans les sections du CEFA en article 49).

- CQ (Certificat de Qualification) : Ce diplôme est délivré à la fin de la sixième et de la septième année secondaire professionnel et ainsi dans les sections du CEFA en article 49).

- CQS (Certificat de Qualification Spécifique) : Ce diplôme est délivré à la fin de la sixième année secondaire professionnel et ainsi dans les sections du CEFA en article 45).

- CESS (Certificat d'Enseignement Secondaire Supérieur) : Ce diplôme est délivré à la fin de la sixième année secondaire et de la septième année secondaire professionnel et ainsi dans les sections du CEFA en article 49).

Le Système De Passages Entre Les Classes Dans L’Enseignement Belge

Dans le système éducatif belge, l’élève peut faire des passages entre les classes, dans son parcours scolaire, à condition d’avoir un avis par le conseil de direction (le

(42)

conseil de classe, le PMS, les enseignants…). Ce passage peut-être dans deux sens (au niveau supérieur ou inférieur) d’après la situation scolaire et sociale de l’étudiant.

A la fin, l’élève continue ses études dans une classe commune (supérieur) ou différenciée (inférieur). Mais il peut toujours rattraper le niveau qu’il souhaite, à tout moment (dans toute la période scolaire), en achevant les classes complémentaires.

Dans ce contexte, pour bien comprendre cela, le schéma du système de passages dans le parcours scolaire belge francophone est présenté en Annexe C.

La Mesure Des Niveaux Des Elèves : PISA

Pour préciser la performance de l’enseignement, l’importance des recherches internationales sont grandes. Dans la recherche comparée de l’OCDE nommée PISA qui est faite parmi les étudiants de 15 ans, les flamands mettent un grand écart parmi les francophones belges et se montrent aux premières lignes. Dans ces dernières années, les francophones font aussi des révisions sur leur système d’enseignement, surtout au niveau du système secondaire et prennent des précautions correctives. Dans ce contexte, les francophones ont sorti quelques lois concernant le système de l’obligation scolaire et le système de l’enseignement professionnel pour faire commencer de nouveaux travaux.

(43)

CHAPITRE VI

INFORMATION GENERALE SUR LES CEFA

Ce chapitre est basé sur les entretiens (dans l’annexe) faits avec les personnels des CEFA et les organisations liées avec CEFA à Bruxelles au mois d’octobre 2013.

Les CEFA: Hier Et Aujourd’hui

Historique : de CEHR à CEFA. SeGEC résume bien l’histoire des CEFA comme suit :

« Le 29 juin 1983, le parlement national vote une loi qui prolonge l’obligation scolaire jusqu’à l’âge de 18 ans. Dans la foulée, en septembre 1984, le Gouvernement fixe les modalités d’organisation, à titre expérimental, des Centres d’Enseignement à Horaire Réduit (CEHR) dans 100 établissements d’enseignement secondaire. Ces CEHR sont accessibles dès l’âge de 15 ou 16 ans, et permettent aux jeunes de poursuivre une scolarité à temps partiel tout en se préparant à l’exercice d’une profession.

De 1987 à 1990, c’est un arrêté royal du 20/11/87 qui autorise les CEHR à élargir leur public aux jeunes de 18 à 25 ans à la condition impérative qu’après une période de 6 mois, ils aient conclu une convention Emploi-Formation ou un Contrat d’Apprentissage Industriel.

Le 3/7/1991, le Gouvernement de la Communauté Française adopte un décret qui organise l’enseignement secondaire à horaire réduit de manière organique. Il donne naissance aux Centres d’Education et de Formation en Alternance (CEFA). Des modifications importantes seront encore apportées à ce décret le 18/03/1996. En effet, le volet formation en entreprise devient alors indispensable pour la qualification des jeunes. De la socialisation de la première période 84-91, on évolue vers une professionnalisation des CEFA, notamment par la création du statut de l’accompagnateur. Le travail en entreprise, qui était toutefois déjà présent pour un certain nombre de jeunes avant 91, devient une nécessité.

Par formation en alternance, on entend une articulation entre des périodes dispensées dans un centre de formation et des périodes de formation en entreprise, où l’apprentissage se déroule à l’intérieur d’un processus de production. Pour la bonne fin de ce modèle de formation, il est essentiel qu’il

(44)

existe réellement des périodes de concertation et de coopération entre les différents acteurs (CEFA, jeune, entreprise), afin que les informations et ressources soient mises en commun et permettent au jeune de suivre un parcours cohérent et qualifiant, conforme aux profils de formation rédigés par la CCPQ.

Le 19/07/01, le Gouvernement de la Communauté Française adopte de nouvelles modifications. L’enseignement à horaire réduit devient un enseignement secondaire en alternance. La formation en alternance devient une filière de formation au même titre que les filières du plein exercice. Cette nouvelle organisation a de nombreuses conséquences :

- les jeunes ont accès aux mêmes certifications et qualifications que celles délivrées dans l’enseignement professionnel et technique.

- l’enseignement en alternance est valorisé et enfin considéré comme une filière d’excellence.

- les jeunes acquièrent la possibilité de quitter la formation en alternance et de poursuivre leur formation dans la filière de plein exercice.

- des modules de formation individualisés sont créés pour les jeunes qui ne sont pas prêts à suivre une formation qualifiante.

- l’offre de formation est rigidifiée par l’obligation de n’ouvrir que des formations reprises dans le répertoire de l’article 49 ou 45.

Le CEFA est clairement défini comme étant une structure commune aux établissements techniques et professionnels d’une zone. De nombreux établissements de plein exercice souhaitent devenir écoles coopérantes des CEFA afin d’organiser des formations en alternance. Au nombre de 20 CEFA-sièges du réseau libre catholique, s’ajoutent une cinquantaine d’établissements coopérants » (http://www.segec.be/Documents/Fesec/Cefa/cd_alternance/docs/1 _alternance/00_historique.pdf).

Les CEFA d’aujourd’hui. Aujourd’hui encore, la formation en alternance se fonde sur un assemblage entre des périodes partagées dans un centre de formation et des périodes de formation en entreprise, où l’apprentissage se développe à l’intérieur d’un processus de production.

Un CEFA est toujours rattaché à une école secondaire du temps plein. C’est l’enseignement en alternance qui était nommé l’enseignement à horaire réduit au passé. C’est 15 heures à l’école (2 jours par semaine) et 24 heures à l’entreprise (3 jours par semaine).

C’est une sorte d’école où l’on va de plus en plus. C’est de faire en sorte que le système d’enseignement et de formation permette à n’importe qui de s’améliorer

Şekil

Updating...

Benzer konular :