3. MAHMUT YESARİ’NİN TİYATROLARINDA YAPI

3.3. Pencereden Pencereye

2.3.4 Olay Dizisi

Les sels biliaires sont des stéroïdes à 24 atomes de carbone synthétisés par les hépatocytes à partir du cholestérol sous l’action d’une enzyme la « cholestérol -7- hydrolase ». Leur structure chimique est faite à partir de la conjugaison d’un acide biliaire avec un acide aminé.

Ils sont classés par :

o Le nombre des radicaux hydroxyles o Leur caractère.

Les Acides biliaires primaires sont synthétisés par le foie où ils sont conjugués à des acides aminés la glycine, la taurine ainsi qu’à des ions sodium et potassium pour former des sels de potassium et de sodium (Glycocholates et taurocholates).

Chez l’homme, on note une prédominance des acides biliaires glycoconjugués. En revanche, dans les cholestases, les tauro conjugués forment la majorité du pool.

Les principaux acides biliaires sont donc l’acide cholique et l’acide chénodésoxycholique

Une fois conjugués, ces acides biliaires sont secrétés dans la bile pour être stockés et concentrés dans la vésicule biliaire. Après un repas, ils seront libérés dans l‘intestin où ils vont subir plusieurs modifications par la flore bactérienne dont la plus importante est la 7α-déshydroxylation qui conduit à la formation des acides biliaires secondaires.

Les Acides biliaires secondaires, principalement l’acide désoxycholique et l’acide

lithocholique, qui en poursuivant leur acheminement dans le tube digestif, seront

déconjugués, absorbés pour passer dans la circulation sanguine et enfin transportés jusqu’au foie où ils seront à nouveau secrétés dans la bile : C’est le cycle entérohépatique. L’acide lithocholique est très peu réabsorbé.

La régulation de la synthèse hépatique des sels biliaires dépend essentiellement de leur concentration sanguine portale via un feed back négatif c.à.d. plus la concentration portale en sels biliaires est faible, plus la synthèse hépatique est accrue.

Transport hépatocytaire des acides biliaires(11)

Les principaux transporteurs hépatocytaires et cholangiocytaires jouant un rôle dans la sécrétion de la bile sont schématisés sur la figure 4 et leur nomenclature est indiquée dans le tableau I. Les sels biliaires sont capturés par l’hépatocyte grâce à un transporteur dépendant du sodium, le NTCP (ou sodium taurocholate cotransporting polypeptide). Ils sont ensuite liés à des protéines intracellulaires pour gagner le pôle canaliculaire de l’hépatocyte, où ils sont pris en charge par un transporteur actif dépendant de l’ATP, la BSEP (bile salt export pump) pour être sécrétés dans la bile.

Au cours de la traversée de l’hépatocyte, les sels biliaires interagissent avec un récepteur nucléaire, le FXR (Farnesoïd X receptor) : cette interaction a pour résultat une régulation négative de NTCP (donc de l’entrée du sel biliaire) et de la synthèse des sels biliaires, et une régulation positive de BSEP (donc de la sécrétion dans la bile).

Le second transporteur qui joue un rôle crucial dans la sécrétion de la bile hépatocytaire est celui des phospholipides (essentiellement la phosphatidylcholine) appelé MDR3 (Multidrug-resistance 3) P-glycoprotein. Son rôle a été mis en évidence par l’inactivation de son gène, qui provoque une cholestase par un mécanisme détaillé plus loin.

Le transporteur FIC1 (familial intrahepatic cholestasis 1) est probablement responsable du transport biliaire d’un autre groupe des phospholipides, les aminophospholipides, comme la phosphatidyl-ethanolamine.

La bilirubine, autre constituant essentiel de la bile, est capturée par un transporteur distinct, qui fait partie de la famille des OATP (Organic-anion transporting polypeptides), indépendants du sodium. Elle est ensuite liée à une protéine intracellulaire, la ligandine, puis conjuguée à l’acide glucuronique grâce à l’enzyme glucuronosyl transférase, avant d’être exportée dans la bile par un autre transporteur ATP-dépendant, le MRP2

(Multidrug-Mentionnons aussi, le transporteur canaliculaire du cholestérol, une stéroline nommée

ABCG5/ABCG8 (ATP binding cassette G5/G8), et la présence, sur la membrane

canaliculaire, de l’isoforme 2 de l’échangeur chlorebicarbonate, l’AE2 (anion exchanger 2). Les transporteurs de la membrane sinusoïdale de l’hépatocyte, qui effectuent la capture des substrats sécrétés ultérieurement dans la bile, font partie de la famille dessolute carriers (SLC), tandis que les transporteurs canaliculaires ATP dépendants, responsables de la sécrétion dans la bile, font partie de la superfamille des protéines ATP-binding cassette (protéines ABC) : ils possèdent un site de liaison pour l’ATP qui leur fournit ainsi l’énergie nécessaire au transport.

Les transporteurs cholangiocytaires permettent de modifier la composition de la bile au cours de son passage dans les voies biliaires.

Sur la membrane luminale se trouvent essentiellement le transporteur CFTR (cystic fibrosis transmembrane conductance regulator) et l’échangeur AE2. Le CFTR est un canal chlore effectuant le transport du chlore vers la lumière biliaire, ce qui facilite l’échange chlorebicarbonate effectué par l’échangeur AE2. La conjonction de ces deux mécanismes aboutit finalement à une sécrétion de bicarbonate et à une alcalinisation de la bile. L’hormone sécrétine augmente la sécrétion de bicarbonate par l’intermédiaire de l’AMP cyclique qui stimule le CFTR.

Figure 4 : Localisation des principaux transporteurs hépatobiliaires

Schéma extrait du Serge Erlinger, Physiopathologie de la cholestase,Mini-revue,2016, Page 16.

Rôle des Acides biliaires

Le rôle des acides biliaires est rendu possible grâce à leur propriété chimique

amphiphile c'est-à-dire qui possède à la fois un groupe hydrophile et un groupe hydrophobe.

Cette propriété confère aux acides biliaires un pouvoir détergent qui favorise l’émulsification des graisses c'est-à-dire dispersion des lipides dans l’eau. Pour ce faire, les acides biliaires se combinent avec les phospholipides pour fractionner les gouttelettes de graisses.

Ces gouttelettes émulsifiées vont former des micelles incorporant des molécules de cholestérol et des phospholipides permettant ainsi leur solubilisation et leur absorption.

Le cholestérol et les lécithines ne sont pas hydrosolubles. Grâce à la présence des sels biliaires et à la formation des micelles, ils resteront en solution.

L’absorption des vitamines liposolubles (vitamines A, D, E et K) est liée à celle des lipides et donc favorisée par les acides biliaires.

Belgede MAHMUT YESARİ’NİN TELİF T İYATROLARINDA YAPI VE İZLEK (sayfa 105-108)